Humour, images et réflexions insolites



"La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri" - Chamfort


jeudi 27 décembre 2007

L'HISTOIRE DE LA TRAPPE À SOURIS

Une souris observait à travers la fente d'un mur, le fermier et sa femme, ouvrir un colis:

"Quelle serait donc la nourriture que ce colis cachait?" se demandait la souris et quel ne fut pas son choc de découvrir qu'il s'agissait d'une trappe à souris.


Elle se hâte donc à la grange pour proclamer le sévère avertissement :

"Il y a une trappe à souris dans la maison! Il y a une trappe à souris dans la maison!"

Le poulet gloussa et se gratta le dos et levant le cou, il répondit: "Monsieur Souris, je comprend que c'est un problème pour vous, mais cela n'a aucune conséquence pour moi, cela ne me dérange pas"

La Souris se tourna donc vers le cochon et lui dit : Il y a une trappe à souris dans la maison! Il y a une trappe à souris dans la maison!

Le cochon se montra sympathique mais répondit :" Je suis très peiné Monsieur Souris, mais je ne peux rien faire si ce n'est de penser à vous, alors soyez assuré de ma compassion."

La Souris se tourna alors vers la vache et lui lança son cri d'alarme : Il y a une trappe à souris dans la maison! Il y a une trappe à souris dans la maison!

Et la vache de répondre "Certes, Monsieur Souris, et j'en suis peiné pour vous, mais qu'y puis-je?"

C'est ainsi que Monsieur Souris s'en retourna à la maison, la tête basse et découragé d'avoir à affronter seul la trappe à souris du fermier.

Dans la nuit qui suivit, un bruit étrange fut entendu dans la maison, un bruit qui ressemblait à celui d'une trappe à souris qui avait saisi sa proie.

La femme du fermier se précipita pour voir ce qui avait été attrapé mais dans la noirceur, elle ne vit pas que la queue d'un serpent venéneux avait été happé par la trappe à souris.


Affolé, le serpent mordit la femme du fermier, qui s'empressa de la conduire à l'hôpital, mais hélas, elle revint à la maison avec une forte fièvre.

Et tout le monde sait qu'il faut soigner une forte fièvre avec une soupe au poulet et le fermier sortit donc sa machette pour apporter le principal ingrédient pour la soupe.

Mais la maladie de la femme du fermier empirait à ce point que tous les amis et les voisins vinrent veiller 24 heures sur 24 à son chevet. Et pour les nourrir, le fermier dut tuer le cochon.

Hélas la femme du fermier ne se remit pas et elle finit par mourir. C'est ainsi que beaucoup de gens vinrent à ses funérailles et le fermier dût abattre la vache pour servir assez de viande à tout ce monde.

Monsieur Souris surveillait tout ce va-et-vient de par la fente du mur en ressentant une grande tristesse.

LA MORALE DE CETTE HISTOIRE?

Ainsi donc, la prochaine fois que vous entendrez qu'une de vos connaissances est aux prises avec un problème qui ne vous concerne pas, souvenez-vous que lorsqu'un des nôtres est menacé, nous sommes tous en concernés, quoique les apparences puissent laisser penser.

Nous sommes tous impliqués dans ce voyage qu'on appelle la vie. Ayons l'oeil ouvert sur nos proches et faisons un effort pour s'encourager mutuellement..

souvenez-vous que chacun de nous constitue un fil important dans la toile d'une autre personne car nos vies sont tissées dans la toile des autres.

Une des meilleures valeurs à retenir dans la vie est un ami.

lundi 24 décembre 2007

camp d'entraînement des pères noël (exclusif!)

s'ils ne veulent pas finir ainsi (photo Hugo T.):


ils doivent bien s'entraîner!

video

un envoi de Jean-Marie "Duc"

Chantage à l'ordure de père noël


un envoi d'Hugo T.

Banc solaire: dangereux pour la santé

video

un avis médico-légal d'Arthur H.

Mon beauf


Sacré beauf

Suite une crise cardiaque mon beauf' subit une chirurgie à cœur ouvert.

Il se réveille après l'opération et se trouve soigné par des sœurs dans un hôpital catholique.

Comme il retrouvait ses esprits, une sœur lui demande comment il allait payer ses soins.

Elle lui demande s'il a une assurance maladie.

Il répond d'une voix faible " Pas d'assurance maladie ".

- Avez-vous de l'argent à la banque ?

Il répond : " Pas d'argent à la banque. "

Elle poursuit : " Avez-vous un membre de votre famille qui peut vous aider?"

Il dit : " Je n'ai qu'une sœur, vieille-fille qui est religieuse dans un couvent. "

La sœur se fâche et lui dit : " Les religieuses ne sont pas vieilles-filles, elles sont mariées à Dieu. "

Et le patient qui dit : " Envoyez donc la facture à mon beau-frère. "

Life without passion is unforgivable
Jean-Marie "Duc"

Formation offerte aux hommes


THEME DU STAGE:Devenir aussi intelligent qu'une femme ( donc être parfait).

OBJECTIF PEDAGOGIQUE:
Cours de formation permettant aux hommes d'éveiller cet organe, appelé CERVEAU, dont ils ignorent l'existence.

PROGRAMME:4 MODULES OBLIGATOIRES



MODULE 1 : COURS OBLIGATOIRES


1. Apprendre à vivre sans sa mère (2000 heures )

2. Ma femme n'est pas ma mère (350 heures)

3. je donne ma paie à ma femme (550 heures )

4. Comprendre que le foot n'est qu'un sport, et Ronaldo un crétin (500 heures)

5. Ma femme n'est pas mon infirmière
6. Ma femme n'est pas ma bonne



MODULE 2 : LA VIE A 2

1. Ne pas devenir jaloux ( 50 heures)

2. J'arrête de dire des niaiseries quand ma femme reçoit ses amies (500 heures)

3. Vaincre le syndrome de la télécommande ( 550 heures)

4. Je ne pisse pas à côté. Je m'avance un peu, j'oublie ma prétention... (exercice pratique avec vidéo 100 heures)

5. Je ne transforme pas la salle de bains en piscine municipale lors de ma douche...

6. Comment se rendre jusqu'au panier à linge sans se perdre? (500 heures)

7. Comment survivre à un rhume sans penser être à l'article de la mort? (200 heures)

8. Savoir s'habiller tout seul, choisir ses vêtements toutseul, ne pas faire semblant de ne pas savoir où se trouve l'armoire.



MODULE 3 : DETENTE ET LOISIRS

1. Le ménage... une activité familiale et valorisante.

2.. Je mémorise les journées de sortie des poubelles.

3. J'apprends par coeur la définition du mot ' ASPIRATEUR' : 'appareil ménager, servant à aspirer les poussières, les menus déchets' ( j'en profite pour gagner du temps en regardant le Niveau 1 du module 4 )

4. Savoir se servir d'une éponge...

5. Savoir ramasser les dégâts après une séance de bricolage.

6.. Réviser son français : le féminin de 'assis devant la télé' n'est pas 'debout devant la cuisinière'



MODULE 4: COURS DE CUISINE

Niveau 1 ( débutant ) :
Les appareils ménagers :

- 'ON' = mettre en marche

- 'OFF' = arrêter ( ... l'appareil)


Niveau 2 (avancé) :
Mon premier ' quick soupe' sans brûler l'eau.
(Exercices pratiques : Faire bouillir l'eau avant d'ajouter les spaghettis
)

Niveau 3 (expert):
Faire du café sans oublier ni l'eau, ni le café, et ne pas utiliser le soluble qui est incompatible avec la cafetière. Savoirservir le café, sans en foutre la moitié à côté

Niveau 4 (best off) :
apprendre les recettes de base (exercices pratiques : omelette, poulet rôti, steak grillé, légumes à l’eau, riz...)


--------------------------


A renvoyer à toutes les filles que tu connais, et à tous les gars qui ont assez d'humour pour en rire !



un envoi d'Arthur H
.

2008 plein d'amour - un message des sables

video

un bel envoi de Sabine "Del"

Noël blanc vu par les chevaux

yeah, on se bourre dedans!


video

un envoi de Blettor

Alcool pour tous, tous bourrés!

mais bon, c'est pas pour Noël, hein, c'est tout de même autre chose que se bourrer la chetron et bourrer sa dinde!

video

un envoi de Jean-Marie "Duc"

Enfin un père noël acceptable...



un envoi d'Arthur H.

Les guerres..

"Les guerres sont faites par des gens qui ne se connaissent pas et qui s'entretuent,
pour le bénéfice de gens qui se connaissent bien, et qui ne s'entretuent pas.
Une différence subtile."
Paul Valéry

dimanche 23 décembre 2007

Carte de "Noël" de George W. Bush


authentique.... version 2006... on cherche les voeux de paix en vain...

le père noël visite Schaarbeek

From: provocator @ moulin.sar
Newsgroups: soc.culture.belgium
Subject: Le père Noel arrive
Date: Sun, 23 Dec 2007 15:07:41 +0100

Le père Noël arrive...



juste le temps de régler un problème à Schaerbeek :-))

vendredi 21 décembre 2007

jeudi 20 décembre 2007

ET C'EST PARTI !!!!

Et tu ne peux pas me le retourner..... c'est la règle du jeu....

'Tu viens d'être frappé(e) par une boule de neige virtuelle !'
C'est le début de : La bataille de neige 2007-2008 !!

La règle de ce jeu....

Tu ne peux pas frapper quelqu'un qui t'a déjà frappé!

Maintenant.....vas y et attaque tes amis autant que tu peux, dépêche toi avant qu'ils ne t'attaquent!
Moi je t'ai eu en premier alors tu ne peux pas me frapper !



On n'arrête pas de jouer parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de jouer.
Ne soit pas le/la premièr(e) à vieillir!!!

un envoi de Gainsbarre

Et comme je connais son adresse privée, j'ai riposté à celle-là :

non mais des fois sans blague!

Noël est annulé - à cause de vous!








Annonce de Noël !!!










Noël est annulé cette année !!!



Et tout est de ta faute,

tu as dit au Papa noël





avoir mérité cette année une augmentation de salaire...








...et il est mort de rire !!!




Pauvre Belgique - poème en alexandrins

A tous ceux qui se souviennent de ce qu'est un alexandrin, voici un petit exercice de style
inspiré par l'air du temps...
Comptez les hémistiches avant et après les césures : il s'agit bien d'alexandrins et je
pense que la situation méritait bien cette forme "Racinienne" ou... "Cornélienne" (sic)...
J'ai appelé cela...

PAUVRE BELGIQUE!

Il était une fois, en un lieu de cocagne,

Deux peuples identiques qui cherchaient la castagne…

Les uns parlaient françois, devisaient en wallon.

Les autres, en flamand : rangés sous le lion,

Ils se heurtaient au coq et les deux oriflammes,

Quand ils se rencontraient, crachaient de hautes flammes !

Mais, cachés dans les rangs de ces bandes de cons,

Colombes déguisées en habits de faucons,

Quelques rares bilingues, souvent sexagénaires,

Parvenaient à parler avec leurs « adversaires ».

Ces sages érudits dialoguaient de tout

Sans rien montrer jamais de l’horrible courroux

Que leurs partis haineux, avides de batailles,

Voulaient manifester envers l’autre piétaille !!!

Car ces hommes de bien, souvent des rescapés,

N’avaient en ce pays pas connu que la paix :

Tentés pangermaniques sous bombes et shrapnels,

Mortellement brisés aux discours de Degrelle,

Rescapés de la guerre, ces doux miraculés,

Face à la bête immonde, n’avaient pas reculé…

Et revenus des morts, de l’horreur de la guerre,

Avaient tous réappris le sens du mot « prospère »,

Reconstruit le pays par bribes et morceaux

Et calmé leurs poulets, leurs ardents lionceaux

En leur ré inculquant d’essentielles valeurs.

Tout se reconstruisait sans reproche et sans peur :

Cockerill tournait bien, Sidmar apparaissait

Anversois et Gantois parlaient toujours français…

Et les choix politiques, oranges, bleus ou rouges,

Se succédaient alors sans que rien vraiment bouge…

Concertations, conclaves : de tout, l’on discutait

Et l’on faisait l’Europe, nous, les Belges futés,

On rassemblait la France et l’Allemagne à table !

On devenait vraiment partenaires affables…

Mais un jour, il n’y eut plus de recensements…

Pour la première fois, des bourgmestres flamands…

Puis l’Université la plus vieille d’Europe,

Décida d’employer des moyens interlopes

Pour se débarrasser de tous ses fransquillons…

Perdant à tout jamais sa réputation…

Les Fourons s’échangeaient contre Mouscron Comines

Et les facilités se faisaient champ de mines…

Les sages, peu à peu, mouraient, disparaissaient

Et je n’aimais pas tous ceux qui les remplaçaient…

D’autant qu’à chaque fois qu’un nouveau politique

Apparaissait chez nous –facile est la critique-

Je me souviens d’avoir, devant ce député,

Souvent dû regretter d’être un peu dépité…

Sans même remonter jusqu’aux années cinquante,

Mérite-t-on vraiment ceux qui nous représentent ?

Si nous prenons Martens –et dois-je en dire plus ?-

Si nous le comparons à ce Leterm’minus,

Cheveux neige d’antan, comme je vous regrette…

Car pour vous, l’équilibre était plus qu’une dette…

Et ne me parlez pas de nos partis wallons :

Là aussi, les anciens avaient l’air bien moins con !

A la Madame « non », la Joëlle Milquet,

Je préférais encore ce maft de VDB !

J’entends la voix de Cools qui martèle et résonne !

A la place ? Un filet fluet qui… papillonne…

Et Spaak au FDF, ce n’était pas Maingain !

Et Lagasse ou Outers savaient tendre la main !

Jamais, les extrémistes n’auraient cherché le « bang » :

Les Flamands n’avaient pas créé le Vlaams Belang…

Quand Jean Gol pérorait, on comprenait pourquoi !

Reynders, son successeur, c’est la langue de bois !

J’ai cru, à un moment, au retour de De Haene

Mais ses nombreux mandats lui ont tourné le crâne…

Pour moi, le dernier sage, c’est bien Charles Picqué

Grâce à lui, c’est Bruxelles qu’ils n’ont pas pu piquer…

J’habite en Wallonie mais suis né à Bruxelles :

Mon père était Flamand, maman était d’Ixelles ;

L’athénée Fernand Blum m’a construit tolérant

Et l’Ecole Normale m’a créé enseignant :

Pour tout çà, je serai toujours un pédagogue,

Refusant d’agresser, de prendre le ton rogue

Qu’empruntent aujourd’hui ces faux politiciens

Qui ne pensent qu’à eux, aboient comme des chiens

Et qui, pour s’enrichir, font de la politique !

Je rêve d’un pays qui, en ces temps critiques,

Se mette tout à coup à repenser nation,

Oublie son extrémisme, ses plus noires factions,

Et réunisse enfin les partis démocrates.

Et que l’on tranche et coupe partout « où cela gratte » !

Mais que l’on reconstruise l’image du pays

Sans que Flamands, Wallons ne se sentent trahis !

C’est le temps d’oublier de crier « schild en vriend » :

On a tous un ami… qui s’appelle Devriendt…

Daniel D’hondt

Ballons

De : Christian "Del"
date 19 déc. 2007 18:35
objet Ballons
Les ami(e)s sont comme des ballons.... une fois que tu les laisses partir, tu ne peux les rattraper. Donc, je vais t'attacher avec ma corde du coeur afin de ne pas te perdre car je tiens beaucoup à toi. Tu peux envoyer ces ballons à tous ceux que tu considères tes amis, incluant moi, et vois combien de ballons te reviennent. Et, si quatre ballons te reviennent, tu connaîtras tes vrais ami(e)s, et qui sait, peut être une bonne nouvelle que tu attends depuis longtemps t'arrivera. Alors envoie beaucoup de ballons à tes ami(e)s !!!

http://mumuland.m.u.pic.centerblog.net/i3otd37y.gif

j'ai répondu à ses voeux en lui envoyant ces ballons-ci - j'ai bien fait?


ben quoi, un ballon de rouge, c'est un ballon, non?
;-)

Le père noël est une vraie ordure (4)


From: Anne G
Newsgroups: soc.culture.quebec,soc.culture.belgium
Subject: Le Pere Noel est une ordure
Date: Mon, 17 Dec 2007 21:40:46 -0500

La poste canadienne et la police étaient à la recherche vendredi d'un «lutin» mal embouché, soupçonné d'avoir glissé des obscénités dans les lettres du Père Noël à de jeunes enfants.

[...]

Selon le Ottawa Citizen, au moins une dizaine de lettres contenant des formules pour le moins inconvenantes pour des enfants attendant une réponse du Père Noël ont été envoyées dans la région d'Ottawa. L'une d'elles évoque les habitudes sexuelles présumées des parents du récipiendaire. Une autre proclame abruptement: «ta lettre est trop longue, pauvre merde»."

http://www.cyberpresse.ca/article/20071214/CPINSOLITE/71214150/6006/CPINSOLITE


Papa est tout rouge


Un soir au dîner, la petite dernière demande à son père :

- Papa, pourquoi t'es toujours tout rouge ?
- Ben tu vois ma fille, c'est l'été, et en mobylette, tu prends des coups de soleil et ça te donne la peau toute rouge.

La fillette opine du chef mais ne paraît pas totalement convaincue.
- Mais papa, en hiver aussi t'es tout rouge...
- Oui ma fille mais en hiver il fait froid. Sur la mobylette, le froid et la vitesse ça te fait la peau toute rouge.

Alors la mère, excédée, saisit la bouteille de PASTIS et la tend à sa fille.
-Tiens, passe la mobylette à ton père !


Jean-Marie "Duc"

mercredi 19 décembre 2007

Dépanneuse belge - service impec

bon, qui lui indique le chemin de la décharge la plus proche? :-)



un envoi politiquement très très correct de Gainsbarre

Le vrai motard se reconnaît à .. sa remorque!


un envoi éthilique de Gainsbarre

mardi 18 décembre 2007

Je suis con, mais je me soigne! (En 7 exercices)

Ce dossier est fait pour vous faire progresser afin d'être ou de paraître moins con... Si on vous a envoyé cette page, c'est que soit vous êtes con, mais assez intelligent pour saisir la nuance entre con et intelligent et ainsi savoir que vous êtes con, c'est déjà un bon point, soit vous avez des cons dans votre entourage, dans ce cas effaceé qui ne s'adresse qu'aux cons.

Voici les 7 exercices:

1 Premier exercice : Comment ne plus avoir l'air con
a) Le con parle pour ne rien dire. Ne dites rien. Vous ne direz rien d'intelligent, mais ça vous empêchera de dire des conneries. Vous y gagnerez. Au lieu de dire : 'Quel con !' , votre interlocuteur se dira: 'Joue-t-il au con ?' C'est un premier point.

b) Si vous avez vraiment envie de parler, ne vous retenez pas. Dites vos conneries. Et concluez : 'Bon, j'arrête de déconner' . Votre interlocuteur se dira : 'Il joue au con !'. C'est un deuxième point.

2 Deuxième exercice : Comment avoir l'air intelligent
Vous avez à votre disposition une série de mimiques qui donnent inévitablement l'air intelligent. Soyez assez cons pour les copier sans complexes.

a) L'air entendu : repérez la personne intelligente. Si vous êtes dans un groupe de dix, il y a neuf cons, dont vous. La personne intelligente c'est celle qui vous semble bizarre. Dès qu'elle dit quelque chose de bizarre, faites comme si vous compreniez. Même si vous n'y comprenez rien, les autres auront l'air plus con que vous.

b) L'air pénétrant : pensez très fort aux contraventions, aux impôts, à votre bagnole emboutie. N'en parlez surtout pas, ça ferait con. Mais pensez-y. Si vous êtes vraiment très con, ça ne vous donnera pas l'air intelligent. Mais l'air emmerdé fait toujours bien quand on ne donne pas ses raisons.


c) L'air pénétré : même exercice que le précédent mais avec un compas dans le cul. Avantage : donne une dimension souffreteuse.

3 Troisième exercice : Vous avez aussi à votre disposition une série d'attitudes.
a)
Le penseur de Rodin : asseyez-vous. Mettez votre poing fermé sous votre menton et regardez dans le vide. C'est radical. Même si vous ne pensez à rien (ce qui est normal pour un con), il se trouvera toujours un autre con pour vous dire " A quoi penses-tu ?"

b) Ayez l'air du type qui n'en pense pas moins, pour corser, ayez l'air non seulement de comprendre, mais d'avoir votre idée pas con là-dessus, l'air pénétrant...

c) Le rictus de connivence : hochez un peu la tête de bas en haut. Appliquez l'air pénétré (le compas vous aide à crisper finement les maxillaires).

4 Quatrième exercice : Méfiez-vous des révélateurs involontaires de votre connerie !
a)
Surveillez votre regard. Votre oeil vide et sans vie vous trahit. Par définition, vous êtes trop con pour avoir la pupille pétillante. Ne vous laissez pas abattre. Gardez l'œil fixe.

b) Fermez bien votre bouche. Rien ne fait plus con qu'une bouche entrouverte. Maîtrisez-vous : ne mâchez plus de chewing gum. Si vous êtes trop con pour exécuter en même temps les exercices oeil fixe - bouche close, utilisez le truc de la cigarette : tirez sur votre mégot et fixez la fumée.

5 Cinquième exercice : Comment passer pour quelqu'un d'intelligent.
a)
Ne perdez pas votre temps à lire des livres intelligents, à voir des films pensés... Vous n'y comprendrez rien et ça vous déprimerait. Lisez plutôt des critiques intelligentes. Apprenez-les par cœur et changez quelques mots.

Exemple : 'Ce film a la beauté désertique d'une douleur sans fin' devient 'Ce film a la beauté squelettique d'une couleur sans teint' .

Vous ne plagiez pas vraiment et vous gagnez en hermétisme. L'hermétisme est le secret de ce troisième exercice.

Quand vous dites des conneries, dites des conneries incompréhensibles.

Les cons les prendront pour des finesses qu'ils ne comprennent pas et, double avantage, les gens intelligents se sentiront cons.

b) Ne faites jamais de citations. Appropriez-vous les carrément. Mais attention, ne faites pas le con ! N'utilisez pas des citations trop connues. Si un autre con vous dit : 'C'est de toi ça ?', ne prenez pas l'air confus. Ne doutez pas de vous. Votre connerie native vous y aidera.

6 Sixième exercice : Méfiez vous des gens intelligents
Voilà. Maintenant, vous passez à peu de frais pour quelqu'un d'intelligent. Méfiez-vous ! Des gens intelligents vont venir vous poser des questions intelligentes. Vous allez être con pou y répondre. Comment faire ?
Renvoyez la balle : "
Pourquoi me poses-tu cette question ?"

Quand vous ne pouvez plus la renvoyer, affrontez l'adversaire. Utilisez les quelques célèbres formules que répondront pour vous : Par ordre chronologique :

· Tu vois ce que je veux dire... (la formule qui sauve)

· Il me semble que tu limites le problème... (l'autre a l'air con)

· Tu crois vraiment ce que tu dis (l'autre a l'air hypocrite) ?

· C'est tout ce que tu trouvez à dire, ben merde (l'autre a l'air limité) !

· Tais-toi, tu m'atterres ( l'autre a l'air très con).

S'il se tait, vous avez gagné.

7 Ultime traquenard : la tentation de l'intelligence véritable.
Attention! Ne tombez pas dans ce panneau démoniaque ! Les gens intelligents sont malheureux. Ils ont compris qu'on était là pour vieillir et crever.

Avant, il n'y a rien, après non plus, et pendant, on en chie. Comprendre, c'est perdre les avantages du con. C'est connaître le doute, la solitude, la marginalité odieuse, l'insomnie, l'angoisse, les battements de cœur, la souffrance. Et tout ça pour rien puisque vous serez toujours un con. Surtout, ne changez pas. Soyez assez intelligents pour rester cons.

Et longue vie.








Un peu de saine culture générale offerte par Hugo T.