Humour, images et réflexions insolites



"La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri" - Chamfort


samedi 23 janvier 2010

Ca c'est une cuite!

video

cette joyeuse suite de tampone nous est envoyée par JM "DUC", expert ès bitures :-)

vendredi 22 janvier 2010

Le miroir de l'avenir

L'avenir appartient à l'homme
qui, se levant au matin,
sait rire de ce qu'il voit dans son miroir

jeudi 21 janvier 2010

Nouvelles ceintures de sécurité obligatoires: mode d'emploi

NOUVELLE LOI SUR LA CEINTURE DE SÉCURITÉ
Elle devient applicable dès 1er Janvier 2010 dans TOUS les Pays .

Le Conseil Mondial de la Sécurité Routière a fait des tests sur une Nouvelle Génération de ceinture de sécurité.
Les Résultats montrent que les accidents peuvent être réduits de 95%, quand la ceinture est correctement installée.

L'Installation correcte est illustrée ci-après...



S'il vous plait, faites suivre à vos Amis et à votre Famille.
CELA PEUT AIDER A SAUVER DES VIES ! |

Cela peut réellement sauver des vies et réduire la tension artérielle de 40%

un envoi de monsieur sécurité proutière, sa majesté Gainsbarre 1er

mercredi 20 janvier 2010

Nouveau numéro d'urgence à avoir dans son GSM



ce service d'urgence est sponsorisé par Gainsbarre

mardi 19 janvier 2010

Confession à l'italienne


Un jeune Italien se rend à confesse :

- 'Mon Père, j'ai péché pour avoir fait l'amour avec une fille .
- Est-ce toi mon petit Toni Parisi?
- Oui mon père c'est bien moi.
- Et qui est cette femme avec qui tu étais?
- Je ne puis pas vous le dire, mon Père, de peur de ruiner sa réputation.
- Mon petit Toni, comme je finirai bien par savoir son nom un jour ou l'autre, tu peux bien me le dire maintenant .. était-ce Tina Minetti?
- Je ne puis pas vous le dire.
- Était-ce Franca trapani?
- Je ne dirai rien.
- Était-ce Nina Capelli?
- Désolé, mais je ne dirai pas son nom.
- Rosa Di Angel, alors
- S'il vous plait mon Père, comprenez que je dois me taire.
- J'admire ta discrétion, mais tu as péché et tu dois racheter ta faute.
« Pendant 3 mois, tu ne pourras plus être enfant de chœur. Va et comporte-toi bien. »

À la sortie de l'église, Nino, le copain de Toni lui demande comment ça s'est passé...
- J'ai obtenu 3 mois de congé ... et 4 nouveaux noms de filles faciles.


une méthode de drague envoyée par Gainsbarre

lundi 18 janvier 2010

Le concept de dépréciation d'actif


Voici un échange sur un site de rencontre américain. Il faut le lire jusqu'au bout pour apprécier.

"Qu'est ce qui ne va pas chez moi ? Je suis fatiguée de tourner autour du pot. Je suis belle (terriblement belle) et âgé de 25 ans. Je suis racée et élégante. Je ne viens pas de New York. Je cherche à me marier avec un type qui gagne au moins 1/2 millions de dollars par an. Je sais que c'est énorme mais je garde à l'esprit qu'un demi million de dollar par an c'est tout juste la classe moyenne à New York, c'est pourquoi, je peux difficilement me contenter de moins. Y'a t'il des mecs qui font 500 K ou plus sur ce forum ? Des femmes peut êtres ? Pouvez-vous m'envoyer vos
coordonnées ? J'ai récemment refusé une proposition d'un homme d'affaire qui gagnait 250K. Ce qui a bloqué entre nous c'est que 250K ne permet pas de vivre à Ouest Central Park. Je sais qu'une femme de mon cours de yoga est mariée à un courtier et vit à Tribeca. Elle n'est pas très belle et pas très fûte fûte. Alors pourquoi y est elle arrivé et pas moi ? Voici mes questions :
- Où, en tant qu'homme riche, sortez-vous ? Donnez-moi vos adresses de bars, resto et clubs de gym.
- Que cherchez-vous dans une compagne ?
- Pouvez-vous éventuellement me dire où sortent les avocats, les traders et les médecins ?
Je cherche seulement à me marier......"

Voici la réponse d'un banquier :
"Je suis un homme riche qui rentre dans tes prétentions. je fais plus de 500 000 dollar par an. Voici comment je vois la chose : ton deal est tout simplement déséquilibré. Ce que tu suggères est équivalent à un trade : tu apportes ton apparence et j'apporte l'argent. mais il y a un hic. Ta beauté se fanera alors que mon argent s'appréciera. En fait, il est très probable qu'au fil du temps mon salaire augmente mais c'est une certitude que tu seras de moins en moins belle. Ainsi économiquement parlant, tu es un actif qui va se déprécier. Dans le langage de Wall Street, nous appelons ça une position court terme sujet à aller-retour qui est à l'opposé d'un actif de fonds de portefeuille. Ça n'a aucun sens de t'acheter (ce qui est en fait ce que tu demandes). Pour moi, le deal qui aurait le plus de sens est celui du copinage et non du mariage. En d'autres termes, je préférerais plutôt te "louer" que de t'épouser.

un envoi de Jean-Marie "DUC"

dimanche 17 janvier 2010

L'anniversaire


L'anniversaire
(c) Bernard Montaud


Il arriva qu'un jour... ce fut l'anniversaire de César. Pour rien au monde Jacques n'aurait raté pareille aubaine : festoyer avec son vieil ami ! Aussi l'avait-il informé de sa venue pour cette occasion, le prévenant qu'il comptait bien, le soir même, lui offrir un bon repas à l'auberge de Sauveterre, le village voisin. Jacques arriva le jour dit en fin de matinée. Tout à sa joie de revoir César, il claqua la portière de sa voiture et traversa le petit jardin en chantonnant un peu plus fort que de coutume, dans le secret espoir d'attirer son attention. Mais rien ne semblait bouger dans la maison. Il frappa d'abord doucement, puis de manière plus insistante, jusqu'à appeler carrément le vieil homme, quitte à le tirer d'un somme.
Mais rien ni personne à l'horizon ne se manifesta !
"Ça alors, pensa Jacques un peu dépité, mais où peut-il bien être ? Je ne me suis pourtant pas trompé de jour ! Pourvu qu'il ne lui soit rien arrivé... "
Jacques remonta dans sa voiture, résolu à aller demander aux voisins si rien de grave n'était survenu. Ainsi fit-il le tour du voisinage. Personne n'avait de nouvelles de César ! Jacques, inquiet, retourna chez le vieil homme, en se disant qu'il essayerait de passer par une fenêtre. En s'approchant de la porte pour la seconde fois, il remarqua un petit mot coincé contre le chambranle, qu'il déplia en toute hâte.
"Mon Jacques, les clés sont cachées dans la brouette sous les pots de fleurs. Entre, installe-toi bien ! Avant que nous fêtions mon anniversaire, je devais d'abord le fêter moi-même ! Car un anniversaire, c'est une chose sacrée, une sorte de nouvel an personnel qui doit préparer l'année à venir !"
Jacques trouva la clé et entra, perplexe, dans cette maison vide chargée des odeurs du vieil homme. D'abord il attendit patiemment, puis le tic tac de l'horloge commença à l'agacer. Mais que faisait-il donc ? Qu'avait-il de si important à faire pour que cela dure autant?
Vers six heures du soir, le vieil homme apparut en bas de la combe, tout au bout du chemin qui sortait des bois. Il marchait d'un bon pas, en sifflotant de bonheur. "Mais où étais-tu, César ? Je me suis fait un sang d'encre en ne te trouvant pas à la maison... j'ai même ameuté tout le village... Ah ! tu m'as fait peur !"
- Mais mon vieux, n'as-tu pas vu mon petit mot ? César devait vivre son anniversaire avant de le fêter avec toi !
Jacques ne comprenait rien à ce que lui racontait son vieil ami. Aussi fronça-t-il les sourcils, ce qui ne manqua pas d'alerter César.
"Allons mon Jacques, fêter un anniversaire, ce n'est pas seulement fêter un chiffre! Balivernes, tout ça ! enfantillages...
- Mais César, tout le monde fait ça !
- Alors César n'est pas tout le monde ! Car pour lui un anniversaire, c'est un nouvel an qui commence. Et chacun, pour son anniversaire, devrait partir seul quelque part, juste pour faire le point de l'année écoulée, juste pour apercevoir celle qui vient ! Voilà un vrai anniversaire: remettre un capitaine aux commandes du bateau de l'existence, au lieu de laisser nos vies dériver au gré des événements.. comprends-tu? Hé bien voilà, pour moi c'est fait, maintenant j'ai quelque chose à fêter! On y va!!